MENU
ESPACE MEMBRE >>>
AU JARDIN
AU POTAGER
PUBLICITES
PROTECTION DES PLANTES
A LA MAISON
UTILITAIRE
DIVERS
PUBLICITES

Protection des plantes


Moyens de lutte (parasites et maladies)

MOYENS DE LUTTE

Le cultivateur est donc obligé de protéger ses cultures contre les maladies et
les ravageurs. Pour mener à bien cette protection, nous disposons de 3
moyens de lutte principaux:

  • la lutte indirecte
  • la lutte biologique
  • la lutte directe
  • la lutte integrée


1    LUTTE INDIRECTE


Ce moyen est essentiellement préventif, li fait appel soit à des techniques cul-
turales qui visent à mettre la plante dans les meilleures conditions possibles,
soit à sélectionner des cultivars résistants.

-    l’alternance ou rotation des cultures est une pratique culturale ancienne qui
permet d’éviter la fatigue du sol (nématodes, virus, bactéries, champignons,
équilibre des éléments nutritifs).

-    le choix de l’emplacement le mieux adapté à la culture est une condition
importante pour la résistance des plantes.

-    l’entretien et la présentation du sol, la fumure et la taille participe à l’état
général des plantes donc à leur résistance naturelle.

-    en sélectionnant des cultures non seulement pour rechercher un aspect exté-
rieur plus attrayant ou un goût meilleur, mais aussi pour améliorer la résistan-
ce naturelle des plantes, les chercheurs facilitent la lutte contre les maladies
et les ravageurs.

 

2 LUTTE BIOLOGIQUE

 

Ce moyen consiste a utiliser les predateurs et les parasites naturels des ravageurs de nos cultures. Dans l’état actuel des recherches il n’est possible d’utiliser ce moyen que dans certains cas bien precis A noter que cette maniere de lutter est en nette augmentation. En voici quelques exemples:

  • les coccinelles qui devorent les pucerons, les cochenilles ou les acarlens
  • les nematodes contre les otiorrhynques
  • des champignons contre des nematodes
  • des punaises (Orius, Macrolophus ) contre des insectes
  • les guêpes-ichneumons (Encarsia) contre les aleurodes
  • l’Aphelinus mali qui pond ses oeufs dans le puceron lanigere
  • le Bacillus thuringiensis qui provoque la mort de la pieride du choux


3 LUTTE DIRECTE

Ce moyen de lutte agit, comme son nom l’indique, directement sur le ravageur ou la maladie. On distingue 3 formes de lutte directe:

La lutte mecanique comprend le ramassage, le piegeage, et les protections sur :

  • les cultures En voici quelques exemples
  • ramassage des hannetons et des doryphores
  • piegeage des petits rongeurs
  • epouvantail contre les oiseaux
  • bandes en plastique ou en aluminium agitees par le vent
  • filets au dessus des cultures
  • enfoncer des boîtes vides au ras du sol pour piéger les courtilière
  • detonation, reproduction des cris de detresse pour eloigner les etourneaux

 

Protection des plantes
La lutte physique desinfection a la vapeur et thermotherapie

La lutte biotechnique qui consiste à dérégler le développement normal des
ravageurs On connaît actuellement les applications suivantes

  • confusion avec les attractifs sexuels chez le ver des pommes
  • utilisation des hormones juveniles pour les larves de papillon
  • sterilisation des mâles pour la mouche de la cerise


La lutte chimique est la méthode de lutte faisant appel aux produits antiparasi-
taires. On subdivise ces produits en 2 grands groupes et plusiéurs petits
groupes

les fongicides sont les produits utilises pour la lutte contre les champignons
les insecticides sont les produits qui detruisent les insectes ravageurs Si ce produit est destine uniquement aux pucerons, on l’appelle aphicide
les acaricides s’utilisent pour detruire les araignees rouges et tous les autres acariens en general
les nematicides detruisent les nematodes
les mollucicides detruisent les mollusques, comme les limaces, escargots, ect
les rodenticides sont des produits de lutte contre les petits rongeurs
Les bactericides (ou antibiotiques) censes tuer les bacteries, rares en horticulture

 

4 LUTTE INTEGREE ET LUTTE DIRIGEE

Cette nouvelle conception de la lutte antiparasitaire est apparue à la suite des
problèmes soulevés par des applications irréfléchies de produits chimiques.
Dans la lutte integree on tend a diminuer les traitements et par consequent, a
tolerer une certaine quantite de degâts, sans que cela provoque des pertes
trop importantes.

On définit ainsi un seuil de tolérance pour chaque ravageur, seuil au delà
duquel les avantages de cette tolérance ne compensent pas les pertes que l’on
peut subir.

Dans la pratique, on effectue des contrôles réguliers pour estimer à quel
niveau se trouve la menace de chaque ravageur Lorsque ce niveau depasse
le seuil de tolerance fixe, on intervient pour ramener l’activite de ce ravageur a
un niveau tolérable.

Dans une véritable lutte intégrée, on devrait pouvoir choisir le moyen de lutte le
plus adapte Dans la realite, seul la lutte chimique offre une securite suffisante
pour les cultures commerciales On parle donc plutôt de lutte dirigee

 

Voir les sujets relatifs sur notre forum

Voir les autres

Commentaire :

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article !

Connection pour pouvoir réagir au sujets :

Inscription & avantages d'une inscription

CALENDRIER
RECHERCHE PLANTES
FOCUS
Pas d'image
PUBLICITE
FLUX RSS
Bientôt disponible ...