MENU
ESPACE MEMBRE >>>
AU JARDIN
AU POTAGER
PUBLICITES
PROTECTION DES PLANTES
A LA MAISON
UTILITAIRE
DIVERS
PUBLICITES

Dossiers sur le potager


8° La culture biologique et biodynamique au potager

Le but est de produire des légumes cultivés conformément aux lois naturelles.
Avec ce type de culture on peut s’attendre à des récoltes aussi abondantes et belles
qu’avec la méthode traditionnelle.

Principe général

- L’eau et l’air doivent pouvoir circuler aisément dans le sol. La structure du
sol doit être stable en dosant correctement les apports d’argile, d’humus, de
calcium etc. et en les incorporant de manière correcte.

- Eviter de retourner le sol, d’enfouir la couche superficielle en profondeur
c’est-à-dire d’inverser l’ordre naturel des couches. Utiliser une grelinette qui
disloque la terre sans la retourner.

- Ce sont les racines des plantes, les véritables outils du sol, qui suscitent une
activité biologique à leur endroit. D’où l’intérêt des engrais verts, des cultures
à systèmes radiculaires variés. Les vers de terre, ainsi que tous les micro-
organismes, contribuent à retourner le sol et à lui donner une structure stable.

- Les arrosages sont conseillés avec de l’eau de pluie, non calcaire et pas trop
froide.

Les travaux du sol


a. Les binages sont importants et bénéfiques; ils limitent l’évaporation de
l’eau, stimulent l’activité de nitrification dans la couche superficielle.

b. Le muiching: la paille, les mauvaises herbes sans graines, les fanes de
légumes, les coupes de gazon sont broyés ou séchés sur place et étendus sur
environ 5 cm d’épaisseur. Le mulch est à étendre lorsque les cultures sont en
place, sur sol propre et biné. Ces matériaux peuvent être aussi compostés et
incorporés à la couche superficielle.

c. Les sarclages évitent la germination des mauvaises herbes. Ils se pratiquent
lorsque le sol est bien ressuyé.

L’association des cultures

On fait alterner des plantes ayant un mode végétatif ou des familles botaniques
différentes.
On fait revenir régulièrement une fabacée qui enrichit le sol en azote.
On alterne des cultures exigeantes en fùmure organique et d’autres qui le sont moins.
On associe des plantes à systèmes racinaires différents ce qui réduit les attaques de
parasites, et augmente le rendement..

Exemples:
    1 association racinaires:    carottes et laitues
    2 légumes à croissance rapide et lente:    poireaux et épinards
    3 l’influence réciproque des légumes:    céleri et tomate
        éviter les haricots et les oignons.

L’influence des mycorhizes est aussi un facteur à tenir compte lors de la plantation
de légumes.

La lutte antiparasitaire a un rôle essentiellement préventif. Les mécanismes de
défense d’une plante fonctionnent normalement dans les meilleures conditions.


Les auxiliaires du jardin

  • Le hérisson se nourrit de limaces, chenilles, souris.
  • La musaraigne mange des insectes et des limaces.
  • La belette mange les campagnols, les rats.
  • La taupe noire détruit des larves, des taupins, des vers gris.
  • La chauve-souris consomme des insectes nuisibles.
  • Les oiseaux insectivores: mésange, pic, rouge-gorge, rouge-queue.
  • Les batraciens se nourrissent également de vers, limaces, insectes.
  • L’orvet et le lézard des souches se nourrissent de limaces, larves et chenilles.
  • La coccinelle, la larve du chrysope et celle du syrphe mangent les pucerons.
  • Les carabes, actifs la nuit, mangent des insectes, des larves et des limaces.
  • Certains acariens sont aussi prédateurs.


Produits autorisés et utilisés

  • le purin d’orties stimulant les mécanismes de défense et la croissance de la plante, ralentit ou arrête la prolifération de parasites.
  • la décoction de prêle est efficace contre le mildiou, la rouille, les pucerons.
  • l’absinthe et la tanaisie et les plantes aromatiques hachés contre les pucerons et les chenilles.
  • les huiles essentielles, les poudres de roche et certains produits insecticides à base de roténone et de pyrèthre, des fongicides à base de cuivre et de soufre sont autorisés.


L’influence de la lune
On sème à lune montante toutes les plantes qui po~ssent en hauteur et donnent des
fruits : tomates, pois, haricot, etc...
On sème à lune descandante les plantes qui poussent sous terre ou au ras du sol:
carottes, navets, laitues, chicorées.
les salades semées à lune croissante montent rapidement à graine.
Une méthode simple consiste à semer tous les légumes de préférence deux à trois
jours avant la pleine lune sauf pour les plantes qui risquent de monter à graine
(laitues, chicorées) qui doivent être semées à lune déscandante.

Les préparations bio-dynamiques
Rudoif Steiner a donné des indications pour la confection de préparations bio-
dynamiques du compost.
Ces préparations se présentent sous forme de substances sèches ou légèrement
humides, de couleur variant du noir au rougeâtre, au gris, ou jaune-brun. Elles
résultent de fermentations spéciales qui sont élaborées en enfermant les plantes
médicinales (achillée, camomille, ortie, écorce de chêne, pissenlit, valériane) dans
des organes animaux que l’on soumet aux influences du sol en les enterrant une
partie de l’année. Elles sont introduites en faibles quantités, isolément et à intervalles
réguliers dans le compost. L’action des quantités infinitésimales permet de constater
au bout de deux mois une densité en bactéries dix fois plus élevée et une réduction
du développement des moisissures. Une action stimulante est également constatée
sur la croissance des bactéries et des champignons dans le compost.

Macérations

L’ortie et la prêle permettent de renforcer la plante de diminuer la sensibilité aux
maladies sous forme de décoction ou de purin.
Avec de l’eau de pluie dans un tonneau on prend environ 10 kg d’ortie pour 100 1
d’eau qu’on laisse fermenter à couvert. Ce purin est ensuite utilisé dan s la
proportion un pour dix.

Les préparations à pulvériser

La préparation «bouse de corne », favorise la vivification du sol, alors que la silice
de corne agit dan la zone de lumière des feuilles, des fleurs et des fruits.
Les préparations sont diluées dans de l’eau tiède, puis brassées une heure durant, en
alternant régulièrement le sens toutes les minutes environ. Lors du brassage un
profond entonnoir doit se former au centre de la préparation. On utilise:
-    pour la préparation de bouse de corne: 4 portions où environ 250 g dans 40
litres d’eau pour une surface d’un hectare
-    pour la préparation silice de corne: 4 portions ou environ 4 g dans 40 litres
d’eau pour une surface d’un hectare
Pour le brassage on utilise des récipients en bois, verre, grès, émail ou plastic dur
mais pas en métal.
La pulvérisation de la bouse de corne se fait le soir ou par temps couvert sur le sol en
répandant de grosses gouttes. Celle de la silice de corne doit être finement vaporisée
en brouillard ; le soleil renforce l’action du quartz.

Voir les sujets relatifs sur notre forum

Voir les autres

Commentaire :

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article !

Connection pour pouvoir réagir au sujets :

Inscription & avantages d'une inscription

CALENDRIER
RECHERCHE PLANTES
FOCUS
Pas d'image
PUBLICITE
FLUX RSS
Bientôt disponible ...